fbpx
  • En nous libérant du besoin d’être aimé par les autres…

    En nous libérant du besoin d’être aimé par les autres…

    « En nous libérant du besoin d’être aimé par les autres nous les libérons du besoin de nous aimer ».

    Cette phrase me traversait l’esprit il y a quelques jours.
    A première vue lorsqu’on la lit on pourrait se dire : « mais si tout le monde est libéré du besoin d’aimer et d’être aimé est ce qu’il reste vraiment de l’amour ? »

    Nous sommes tellement habitués à la vision de l’amour amoureux et conditionné.

    Et bien il me semble que l’amour est par essence une énergie qui circule librement et qu’il EST notre véritable nature.

    Regardez le regard d’un enfant de quelques mois : il n’est que pur amour et ouverture sur le monde… pas de croyance sur lui-même, sur le monde, pas de honte, pas d’attente pour être aimé. Il « EST » tout simplement sans chercher à plaire, à manipuler ou à jouer un rôle.

    C’est en grandissant que les choses se gâtent, que notre vision de l’amour change et que nous oublions que nous sommes déjà « Amour ».

    Nous l’oublions :
    – lorsqu’au fil des années le regard de l’autre prend de plus en plus d’importance et que nous perdons notre spontanéité, notre essence ;
    – lorsque nous croyons que nous devons être
    « parfait » et que nous nous comportons d’une certaine façon pour être aimé(e) (et bien évidemment les normes sociales, nos parents/professeurs, la société en elle-même accentuent souvent de façon très inconsciente cette croyance à notre égard) ;
    – lorsque nous traversons des épreuves et qu’il en résulte de la souffrance et des douleurs émotionnelles (sentiment d’abandon, de honte, de trahison, de culpabilité), douleurs qui si elles ne sont pas conscientisées vont être réactivées tout au long de notre vie (par exemple : une personne qui aura souffert du sentiment d’abandon dans son enfance et qui aura développé la croyance inconsciente qu’elle était responsable de la situation ou qu’elle ne mérite pas le bonheur, attirera à elle des situations ou des personnes qui lui permettront de valider cette croyance).

    C’est durant ce « processus d’oubli » que nous perdons ce contact avec cet « Amour » que nous sommes déjà et que nous entrons en conflit avec nous-même, les autres et la vie elle-même.

    Dans notre quotidien cela se manifeste par le fait de ressentir de l’injustice, de reporter notre mal-être sur une cause extérieure : notre conjoint, nos parents, nos enfants, nos collègues, notre histoire personnelle, le monde entier … Plein de scénarios possibles qui alimentent l’illusion que l’Amour doit provenir de l’extérieur… notre mental est fort pour cela et au fil du temps et des épreuves nous nous fermons, nous nous protégeons et construisons une carapace et érigeons des murs tout autour de nous (c’est drôle d’ailleurs comme les histoires que nous nous racontons à l’intérieur de nous-même se retrouvent également dans le monde extérieur et dans la politique menée par certains dirigeants).

    Lorsque ces schémas apparaissent et que nous souhaitons nous en libérer de nombreuses options s’offrent à nous pour renouer avec cette énergie d’Amour qui est déjà en nous :

    – Renouer avec notre enfant intérieur :
    Cet enfant en nous qui au présent encore ressent un manque, une colère, une frustration, une injustice, cet enfant qui est resté figé à quelque part dans un espace-temps du passé avec ses souffrances, ses croyances limitantes sur lui-même ou sur les autres ;

    – Sortir de la position de victime, de bourreau ou de sauveur dans laquelle on a pu s’enfermer au fil des années et prendre conscience que nous sommes tous des humains en chemin ;

    – Retomber amoureux de la vie et de nous-même dans l’ici et maintenant, nous accepter dans nos parfaites imperfections, comprendre que nous sommes les seuls responsables de notre vie et de notre bonheur, de prendre conscience au plus profond de nous-même que la vie est parfaite et que TOUT nous sert pour nous aider à apprendre à aimer, à nous aimer et nous rappeler qui nous sommes…

    – Aller jusqu’à éprouver de la gratitude pour toutes les situations difficiles que nous avons eu à traverser ou que nous traversons, les accepter comme s’il s’agissait de guides ou de mystérieux messagers venus d’ailleurs… pour nous aider à revenir « chez nous ».
    Accepter ne veut pas dire ne rien faire ou laisser une situation difficile perdurer mais d’en comprendre le sens pour être ensuite libre de choisir.

    C’est avant tout un travail de conscience et d’acceptation. Une nouvelle façon d’entrer dans la profondeur de notre expérience terrestre… d’en saisir le sens sacré… L’âge auquel on décide d’effectuer ce travail n’a rien à voir dans ce processus. Je constate que de plus en plus de jeunes gens décident de fouler ce chemin.

    Un chemin qui peut être déroutant, inconfortable par moments, pour nous-même et pour nos proches. Un chemin qui peut parfois faire « trembler » nos existences un peu comme si les fondations sur lesquelles nous avions bâti notre vie s’écroulaient.

    Un chemin que personne ne peut faire à notre place, sur lequel on avance parfois en faisant des bonds de géants, parfois en faisant des pas de côté, puis des retours en arrière… un chemin qui peut prendre du temps… je me méfie toujours des personnes qui parlent d’éveil et qui disent avoir trouvé la « Vérité ».

    Néanmoins quel que soit le temps que nous mettons pour cheminer, il me semble que c’est un chemin qui nous entraîne inlassablement vers une plus grande liberté d’être, vers le pardon et la paix du cœur…. Un chemin qui nous permet un peu comme le fait naturellement l’enfant de retrouver ce regard émerveillé sur le monde et sur nous-même.

    Si vous ressentez un appel à suivre cette voie/voix du cœur et que vous souhaitez vous faire accompagner sur votre chemin, rencontrons-nous pour en parler.

    Sylvie Mann-Moulédous 💖
    Life-coach, j’accompagne les personnes qui désirent retrouver un Nouveau Souffle dans leur vie et vivre une vie libre et apaisée
    www.vivre-mieux.nc

    Répondre →

Répondre

Annuler la réponse