• Craindre moins et aimer davantage… un chemin vers la paix

    Craindre moins et aimer davantage… un chemin vers la paix

    Je suis installée sur ma terrasse qui surplombe le jardin. Il fait beau, j’entends le son du carillon qui se balance au gré du vent dans le frangipanier. Je ressens le soleil et la douce sensation du vent sur ma peau. Je profite de ce moment agréable pour respirer en conscience… pour me connecter au fil des respirations au calme et à la tranquillité intérieure.

    Puis, mon mental reprend le dessus… vous savez ce bavardage interne fait d’interrogations, de questionnements, de peurs… ces pensées qui, un peu comme un cabri, sautent d’un sujet à l’autre de façon un peu anarchique (les études ont démontré que nous avions environ 60 000 pensées par jour et que la plupart étaient les mêmes d’une journée à l’autre).

    Aujourd’hui en revanche c’est un peu différent.
    Je prends conscience de ce « bavardage mental », j’en deviens l’observatrice et j’accueille cette partie de moi «intranquille » avec beaucoup d’amour, de bienveillance et une grande compassion pour moi-même.

    J’accueille cette partie de moi un peu comme s’il s’agissait d’une amie qui me voulait du bien. Il me vient alors à l’esprit cette phrase d’Albert Camus : « au milieu de l’hiver j’ai découvert en moi un invincible été ». Je souris et je me dis que décidément nous cherchons souvent cet été, ce sentiment de satisfaction et de complétude… loin… très loin à l’extérieur de nous… dans des projets, dans des envies, des objectifs que nous nous fixons et auxquels nous nous raccrochons, dans nos possessions également.
    Combien de fois avons-nous entendu : je serais heureux quand j’aurai changé de travail, trouvé l’amour, terminé les travaux de ma maison, réussi mon examen, quand je serai à la retraite… etc, etc.… la liste peut être longue, très longue…

    Combien de fois également lorsque nous prenons conscience de ce bavardage mental craignons nous pour l’avenir. L’esprit humain est naturellement porté vers le négatif. Il faut dire qu’il suffit d’allumer son poste de télévision ou être connecté en permanence aux réseaux sociaux pour se laisser si facilement embarquer par les vagues de négativité.

    En Nouvelle Calédonie également à quelques semaines du référendum, on observe ces vagues de peurs, d’émotions, de blessures anciennes qui sont réactivées (consciemment et inconsciemment bien évidemment). Tout cela est palpable, visible et beaucoup de personnes se retrouvent « figées, glacées » dans leur propre « hiver » dans leur vision de la vie, du monde, dans leurs propres croyances et leurs peurs.

    Combien de fois également regrettons nous le passé, des regrets qui peuvent parfois être teintés de colère, d’amertume ou même de haine… Certaines personnes restent figées dans le passé et vivent constamment avec la croyance que tout était mieux avant. Je me souviens que j’avais moi-même un grand-père qui commençait systématiquement ses phrases par « ah… de mon temps…». En repensant à lui je me dis qu’il n’a décidément pas été un grand inspirateur dans ma vie…

    Et bien souvent on passe sa vie à être balloté soit dans les regrets du passé, soit dans les peurs pour l’avenir… et on loupe cet « invincible été » qui est là à l’intérieur de nous… calme, apaisé, depuis toujours.

    Imaginez que nous mettions tout sur pause un instant, que nous prenions conscience que ces périodes de difficultés, de turbulences, de transition que nous traversons dans nos vies personnelles, professionnelles (ou même à l’échelle d’un pays comme c’est le cas pour la Nouvelle Calédonie) puissent être au contraire une formidable occasion pour soigner nos blessures, apprendre à aimer, apprendre à s’aimer, apprendre à pardonner et à se réaligner à notre nature profonde et divine.

    Oui, imaginez que nous profitions de ces moments qui viennent réactiver nos peurs les plus profondes pour revenir « chez nous », dans notre calme intérieur, dans cet « invincible été » pour nous souvenir de qui nous sommes véritablement… tous autant que nous sommes et quelle que soit notre culture, nos croyances ou notre couleur de peau…

    « Craindre moins et aimer davantage » et « craindre moins et s’aimer davantage ».
    Et si la voie/voix de l’amour était une autre voie/voix pour avancer ensemble dans un monde de plus en plus apaisé ?

    Pas évident, je sais… L’ego, puissant, veille… et beaucoup d’autres personnes ont abordé ce sujet avant moi à travers les âges 😀 … des artistes, des musiciens, des enseignants spirituels…
    Il y a près de 50 ans, John Lennon chantait « give peace a chance » et sa chanson « Imagine » (toutes religions, toutes cultures confondues) est régulièrement mentionnée comme étant une des plus belles chansons au monde…
    Je me suis souvent dit que l’engouement pour cette chanson démontrait qu’elle véhiculait un message fort qui touche le monde de façon universelle.
    Gandhi également disait « soyez le changement que vous voulez voir dans le monde ».

    Alors quel type de personne souhaitons-nous être aujourd’hui et quel monde souhaitons-nous laisser à nos enfants puisque le futur se construit au présent ?
    Et oui le principe du passé c’est qu’il est passé (on ne peut plus le changer on peut juste en tirer des apprentissages) et le futur se construit au présent.

    Souhaitons-nous être :

    – Une personne qui reste dans l’amertume ou la colère du passé ou une personne qui pardonne et décide d’avancer ?
    – Une personne qui a peur ou une personne qui aime et qui a confiance en la vie ?
    – Une personne libre d’être celle qu’elle est ou qu’elle a envie d’être ou une personne dépendante et sous influence ?

    Chacun est libre de répondre à ces questions en toute conscience dans le silence de son coeur et chacun est libre de choisir son chemin.

    Je constate lors de mes accompagnements que de plus en plus de personnes choisissent cette voie/voix du coeur, de l’ouverture et de l’apaisement.

    Cela ne se fait pas toujours de façon naturelle, il faut du courage, de l’engagement. Parfois c’est le fait de traverser de grandes difficultés qui est le déclencheur vers un autre niveau de conscience et je constate que le moteur qui permet d’avancer est toujours l’amour… l’amour pour soi-même mais aussi pour les autres…

    Prendre ce temps de retour à l’amour et à la paix, de reconnexion à cet « invincible été » qui est déjà à l’intérieur de nous est un cadeau incroyable… Un cadeau que l’on s’offre avant tout à soi-même mais aussi à tous les autres… à nos familles, à celles et ceux que nous aimons et au monde entier car nous savons aujourd’hui que nous sommes bien évidemment tous connectés.

    Je vous embrasse…

    Sylvie Mann-Moulédous

    Life-coach et praticienne en hypnose éricksonienne
    www.vivre-mieux.nc

    Répondre →

Répondre

Annuler la réponse