fbpx
  • Voir le verre à moitié plein

    Voir le verre à moitié plein

    J’écris cet article alors que la Nouvelle Calédonie était à nouveau traversée hier par un cyclone en provenance du Vanuatu. Et comme toujours dans ce cas là, différentes « alertes cyclones » sont déclenchées sur le territoire en fonction de l’avancée du phénomène météo. Des alertes qui nous obligent parfois à rester chez nous par mesure de sécurité.

    J’ai constaté que de nombreuses personnes se plaignaient dès le matin, sur les réseaux sociaux, à la radio sur la façon dont le phénomène météo a été géré par nos institutions.

    J’ai moi-même dû réorganiser ma journée de consultations tôt le matin mais je me suis dit très vite que dans une telle situation j’avais le choix : « voir le verre à moitié vide ou à moitié plein ».

    Je dis bien « choisir » parce que lorsqu’on commence à être conscient de nos schémas de fonctionnement, changer ou décider de ne pas changer devient un choix conscient bien évidemment.

    J’avais donc le choix moi aussi de me plaindre de cette nouvelle situation de blocage ou d’en profiter pour en faire quelque chose de positif.

    Cette prise de conscience matinale m’a mise en joie et nous avons décidé avec mon mari de regarder un film que nous projetions de voir depuis de nombreuses années…

    Nous avons passé un super moment.

    Je n’ai pas toujours été dans ce schéma de pensée, dans cette façon de voir les choses. J’ai pendant longtemps eu tendance à voir le verre à moitié vide.

    Et il me semble que de nombreuses personnes fonctionnent sur ce schéma de pensée, en se focalisant sur le négatif, sur ce qui manque, sur les peurs également (souvent inconscientes) à sortir de nos habitudes de fonctionnement, nos routines …

     

    Régulièrement lorsque j’accompagne des personnes vers l’arrêt du tabac certaines d’entre elles commencent par m’énumérer toutes les raisons pour lesquelles elles craignent de ne pas réussir à arrêter.

    Et cette maman que j’ai rencontré dernièrement qui se disait très inquiète car sa fille avait de mauvais résultats en mathématiques alors qu’elle était première de la classe en Français, qu’elle venait d’obtenir un prix au conservatoire de musique et qu’elle avait un esprit très créatif…

    Bien évidemment, il y a de multiples raisons au fait de voir le verre à moitié vide. Cela peut être lié à certaines croyances, habitudes familiales ou culturelles.

    Cela peut être lié aussi à une certaine éducation au pessimisme. Lorsque vous avez grandi avec l’un de vos parents ou les deux qui avaient l’habitude de dire que la vie est dure, qu’il ne faut pas se réjouir trop vite pour ne pas être déçu ou qui avaient l’habitude de se focaliser sur le négatif, la première des choses pour changer est de prendre conscience de votre tendance à voir le verre à moitié vide… car bien évidemment si on se focalise sur le verre à moitié vide, il va devenir de plus en plus vide.

    Lorsque je travaille avec un client, il arrive souvent que la première des choses à faire consiste à prendre conscience de notre propre pouvoir de création au niveau mental et de nous libérer de certains schémas de pensées négatifs qui nous pompent notre énergie au lieu de nous pousser vers la joie, l’enthousiasme, la vision positive des choses.

    Apprendre à se réjouir des pas que nous faisons dans une direction différente, même si l’objectif final n’est pas encore atteint devient alors une source de joie, de célébration et le chemin ainsi éclairé devient plus lumineux, plus agréable, plus facile.

     

     

     

     

     

    Sylvie Mann-Moulédous

    Life-coach pour les personnes qui se sentent bloquées ou étouffées dans leur vie, 
    qui souhaitent retrouver un nouveau souffle et vivre une vie libre et apaisée

    www.vivre-mieux.nc

    s.mann@lagoon.nc

     

     

    Répondre →

Répondre

Annuler la réponse